Recherche
Recettes et Astuces pour les plus Modestes, les Fauchés,
ceux qui sont dans le Pétrin ou dans la Panade !
Pour venir en aide à ceux qui ont des moyens minimes (argent,
ustensiles...) mais qui refusent la morosité dans leur assiette.
Mieux manger c'est relever la tête,
c'est une forme de résistance et un combat contre la guigne.
Admettons une bonne fois pour toutes qu'une cuisine économique n'est pas une cuisine pauvre ou triste !
Faisons simple et astucieux, bon et sympa,
énergique et souriant, soyons plus forts que l'adversité,
en un mot: Soyons RICHES!

 



14.04.2014 18:12

Brandade de thon


La vraie brandade de morue coûte cher et plus elle contient de la morue et pire c'est !

Quant aux "gratins de morue parmentier" surgelés, cherchez bien la morue dans les ingrédients,
histoire de perdre votre temps, d'abord c'est du cabillaud et ensuite
le poisson ne sera jamais majoritaire mais bien calé entre des substances plus que suspectes...

Dans sa recette de salade de viande, notre amie Waterzooi déclarait faute de grive on mange du merle.
Et bien faute de morue, on mange du thon et le thon c'est bon, na !

Pour 2 personnes, il faudra :
200g (environ) de thon au naturel en boîte
250g de pommes de terre
2 gousses d'ail
10 cl de lait
1 bonne cuiller à soupe d'huile d'olive
Poivre, peu ou pas de sel à cause du thon généralement très salé
Quelques brins
incontournables de ciboulette, à remplacer par les tiges d'un oignon mis à germer.

Pour 4 personnes, prévoyez
400 g de thon + 500 g de patates, 20 cl de lait, nos 2 gousses d'ail + 3 càs d'huile d'olive, poivre, ciboule.

LA RECETTE  TROMPE-LA-MOUISE :

Bien sûr que les mamans pressées utiliseront de la purée instantanée, sinon,
cuire les pommes de terre à l'eau salée, les égoutter et les peler puis les écraser à la fourchette.
(surtout pas de mixeur qui transforme la purée en colle à papier peint ! Et vous savez pourquoi ?
Parce que l'amidon de la patate opère une réaction chimique sous la friction chaude des pales du robot)

Chauffer le lait.
Pendant ce temps, égoutter le thon, peler et couper l'ail en morceaux.
Utilisez un mixeur ou la bonne vieille moulinette manuelle mais il est important que le thon et l'ail
soient réunis en une fine purée
. Poivrer généreusement, ajouter la ciboulette, mélanger une dernière fois.

Dans une grande casserole, rassembler la purée de pommes de terre + la purée thon-ail-ciboule.
Porter sur feu doux en versant le lait peu à peu puis incorporer l'huile, bien mélanger le tout.


Si la préparation vous semble trop compacte, rajouter un peu de lait ou mieux de la crème liquide.
Goûtez "voir" si le sel est nécessaire ou pas, ça dépend de la qualité du thon. Rectifiez si besoin.

Verser dans un plat à four et gratiner 20 à 30' à 180°, servir chaud en parsemant de la ciboulette ciselée.

Un dernier petit truc : Si vous aimez l'ail, allez sans crainte jusqu'à 3 gousses, c'est encore meilleur...
et faites griller des tranches de pain pour les tartiner de notre brandade bidon... mais trop bonne

Maryse
  |  Publié dans Je fais quoi avec une Boîte de..., Poisson, Pommes de Terre  |    |  
 
  |  
 

09.02.2014 10:31

Sur un autre thon


   Nous avons tous besoin de couleurs et de soleil (et certains à l'Ouest plus encore).
La petite recette que je propose aujourd'hui est issue de ce besoin. Il ne nous faudra que quelques ingrédients très bon marché et cinq minutes de boulot !

Soit : Une boîte de thon au naturel
Un peu de pain

(si votre boîte de thon fait 130g net, vous pouvez peser 70 à 80g de pain)
Mayonnaise, moutarde, poivre
et... une bonne cuiller à café de Curry ou de Colombo en poudre.

   De plus, on va gonfler le volume final de notre mixture à tartiner grâce à un reste de pain.
Allez, je déroule pour vous !


Et le pain, le voilà !
J'avais du pain aux graines mais un reste de baguette basique ira très bien.
Pour faire d'une pierre deux coups, j'ai mis du jus de citron dans de l'eau tiède + le pain morcelé.
On laisse gonfler, le temps de sortir les autres ingrédients.

Ensuite, on écrabouille notre pain humide et mou puis on l'essore.
Le thon est bien égoutté aussi.


Dans un modeste saladier, mettez le pain, le thon, la mayo, une pointe de moutarde (ou plus si affinité),
du poivre du moulin et notre épice chaleureuse.


Il ne reste plus qu'à tartouiller l'ensemble à la fourchette, assez sauvagement pour bien homogénéiser
tous les ingrédients.

On n'oublie pas de faire griller des tranchettes de pain, les amateurs les frotteront avec une gousse d'ail.


Un peu de verdure parfumée serait bienvenue : persil, ciboulette, tiges d'ail (photo ci-dessous) ou d'oignon.


Quand vous voulez vous testez mon "truc" hein, ça pousse du feu de dieu !

Ces "rillettes" de thon que tout le monde connait, prennent ici des airs exotiques... Vive la poudre jaune !
Ajoutons que grâce au pain trempé dans l'eau citronnée, la teneur en sel a été nettement abaissée.

Mine de rien, on a doublé le volume du thon et vous voilà partis pour garnir des Fajitas (on prévoit alors
quelques feuilles de salade en plus) ou pour un apéro aussi sympa et excellent que super économique...

Essayez au moins une petite fois et comme disait Maïté "vous m'en direz des nouvelles"

Maryse
  |  Publié dans Apéro, Je fais quoi avec une Boîte de..., Poisson  |    |  
 
  |  
 

25.01.2014 06:59

Terrine aux deux sardines


   Mazette, c'est pas une recette, c'est un méga coup de cœur !!!
Reçu encore de plein fouet en écoutant France Inter... décidément, la radio a du bon.
Par contre, ce qui est moins bon, c'est l'état de mes finances, donc tant pis, c'est exceptionnel mais je vous livre ma découverte SANS l'avoir réalisée par manque de tunes pour acheter les ingrédients, la fin du mois ayant commencé le premier janvier

Mais vous allez voir, la recette de SONIA EZGULIAN est très simple et comme toujours avec cette femme admirable, le résultat est aussi inventif qu'espiègle.


Documents (superbe image ci-dessus et recette) : Sonia Ezgulian, que je remercie vivement pour cet emprunt

LES INGRÉDIENTS :

1 boîte de filets de sardines sans peau et sans arêtes
6 sardines fraîches
3 œufs
2 cuillerées à soupe de moutarde forte
100 g de crème fraîche épaisse
100 g de comté râpé
100 g de farine
1 sachet de levure chimique

LA RECETTE :

- Égouttez les filets de sardines sans peau et sans arêtes (récupérez l'huile), émiettez-les dans un saladier, ajoutez la crème fraîche et la moutarde puis mélangez énergiquement.

- Incorporez les œufs, la farine en pluie, le comté, la levure et l’huile récupérée des sardines en boîte. Mélangez longuement pour bien amalgamer tous les ingrédients. Poivrez.

- Coupez la tête des sardines fraîches, videz-les en les incisant légèrement, rincez-les et séchez-les sur du papier absorbant.

- Versez la pâte dans un moule à cake chemisé de papier sulfurisé, enfoncez, aux trois quarts, les six sardines fraiches, queues en l’air.

- Enfournez la terrine une quarantaine de minutes à 180°C. Servez avec une salade de mâche aux noix.

Les quatre petits grains de sel de la tôlière :

Avec tout le respect que je dois à Madame Ezgulian, j'aimerai dire Attention !
- Si vous n'avez pas un four de pro mais un four de m----e, pensez à emmailloter les sardines avec un cornet d'alu afin que leurs queues ne soient pas carbonisées !!!
- Pour enquiller les sardines entières, il sera bon de pratiquer des trous dans la pâte à l'aide d'un couteau. Ensuite, on "pincera" la pâte autour du poisson.
- Il est fort probable que l'on puisse remplacer le Comté par un râpé moins cher mais tout aussi fin comme le Grana Padano, le Parmesan des pauvres !
- En observant la photo, on se rend compte que la "terrine" est constellée de graines. Est-ce du cumin ? Du thym ? Les 2 iraient très bien et doivent parfaitement adhérer à la pâte.

Les grands chefs ont leurs petits secrets de parfaite réussite, ils les montrent rarement mais rien ne nous empêche de les percer...

ÉDIT DU 01 / 02 : LE TRAVAIL DE NOTRE COPINAUTE PEPOU, YES !

Avant cuisson :


Et ce fut bien bon, dit-elle !

Maryse
  |  Publié dans Cakes, Poisson  |    |  
 
  |  
 

15.01.2014 16:28

L'huile noire...


   C'est toute une histoire....

   J'écoutais distraitement la radio dans ma petite auto lorsque l'interviewé (un restaurateur) se mit à parler de l'huile noire. Je n'ai tendu l'oreille qu'à moitié, persuadée qu'il allait nous gonfler avec le diamant noir : la truffe.
Mais non, il parlait d'une création du grand chef Michel Bras, création à base d'olives noires.... Là, non seulement je tends l'oreille mais je range Titine sur le bas-côté pour fourbir papier et stylo.
Rentrée chez moi, vite Internet, vite les recherches et j'ai trouvé mais depuis...
j'ai tout chamboulé !


Michel Bras (document quotidien Midi-Libre)

   Pour les non initiés, Michel Bras a planté son luxueux restaurant en plein cœur de l'Aubrac (Laguiole en Lozère) comme un navire échoué dans le granit, cerné de vaches beiges et dominant une nature multicolore.
Les grands de ce monde viennent y déguster des merveilles en hélicoptère...
Michel Bras (qui est pour moi un véritable Dieu de la gastronomie) demeure sans doute l'unique cuisinier à peser moins de 60 kg ! C'est un artiste qui se nourrit de quelques plantules et qui s'échine à atteindre la perfection, autant gustative que visuelle...


Le fabuleux restaurant (document "exclusive restaurants")

   Bon, maintenant, je ne vais pas faire le panégyrique de Michel Bras, sachez que son leitmotiv est "être, savoir, rencontrer" et que si l'homme et ses créations féériques vous intéressent, Google est votre ami !

Revenons à son huile noire.
   Il va de soi que la popote du jour ne plaira pas à tout le monde (désolée ), il faut aimer les olives à la folie et leur huile aussi !
Lors de mes recherches pour dénicher la recette originale, j'ai trouvé celle de Maître Bras et les copies qui s'en suivent. Ok mais si les rupins peuvent acheter de la lotte, moi pas !
Car l'huile noire est destinée à enrober du poisson chic.... Voyez plutôt l'illustration qui figure dans le livre du grand homme :


Quand je vous disais que c'était un Dieu.... je ne racontais pas des carabistouilles.

   LE PRINCIPE DE L'HUILE NOIRE :
   On fait sécher des olives noires morcelées et dénoyautées pendant 12 heures au four puis on les réduit en poudre que l'on mélange à une excellente huile d'olive... of course !
Le liquide obtenu (odorantissime et fort épais) enrobera du poisson très onéreux en cuisson douce, l'extérieur deviendra presque noir et la chair restera blanche.
Voilà pour le principe, forcément issu d'un trait de génie devant lequel je m'incline et que j'adore...
mais que je vais vous paupériser haut la main.
En avant !

   Je ne vois pas pourquoi j'irai payer des ingrédients qui s'ennuient à mourir sur les arbres qui m'entourent, mais bien entendu, vous pouvez utiliser des olives dites "à la grecque" qui s'achètent n'importe où et si possible en bas du rayon, ce sont les moins chères, mises sous vide en sachet plastique.

Donc en cette saison, les olives sont naturellement confites par le soleil et le froid, elles sont fripées, douces, molles, bourrées d'asticots blancs pour les protéines, elles sont donc parfaites !
Pour réaliser mon essai, j'en ai ramassé 7.

   Comme il n'y a rien de pire pour colorer les mains, je les ai dénoyautées avec fourchette et couteau, le petit doigt en l'air façon prout-prout, na !

On arrive à l'étape du séchage. Alors bon, certainement qu'un séchage au four pendant 12 heures est idéal, mais coût trop élevé pour bibi. Et bibi a plus d'un tour dans son sac !

Bien étalées (et en charpie !) sur une assiette, les olives noires vont faire un passage de 2 minutes
au micro-ondes. Stop, ouverture du four pendant 1 minute et encore 2 nouvelles minutes au MO.

Et voilà, elles sont ratatinées à souhait, ça fume grave et ça sent trop bon !

Maintenant, je fais prendre l'air à mon bon vieux moulin à café électrique car sur des petites quantités,
il est le champion du monde, il ne laisse pas une seule miette sur le côté :

Quelques secondes de pression, la pâte est collante, on racle un peu les bords pour mixer l'ensemble
plus finement, à peine 5 secondes de plus. Nickel !

Je verse une lampée d'huile d'olive avant de refermer le mixeur pour qu'il fonctionne à nouveau 3 secondes.
Là, gaffe que l'appareil soit bien fermé, hein, sinon vous retapissez la cuisine !
Je l'ouvre, je touille et basta.

Il suffit "d'allonger la sauce" avec un peu d'huile et le résultat est impeccable !

Tout va bien, on passe à la cuisson.
Vraiment pardon Monsieur Bras, j'ai utilisé un malheureux filet de colin surgelé
de chez Lidl à 3,80 € le kg,
mais le prochain vilain mulet que je sors de la grande bleue, je le cuisinerai comme ça, promis juré !!!
Et vous savez pourquoi ? Parce que c'est exquis, carrément divin.... Ô merci Monsieur... merci.

Faute de grive, on mange du merle. Faute de lotte, on mange du mulet ou du colin. Il est où le problème ?!


Mais non c'est pas du pétrole, c'est du nectar !!!

On chauffe la poêle en y faisant couler un fond d'huile noire, sur feu moyen, car si l'huile brûlait,
elle deviendrait amère et perdrait une grande partie de son arôme naturel.
Et puis le poisson n'a aucun besoin d'être surchauffé, il est très vite cuit.

Et c'est parti ! L'huile noire bouillonne à peine, je fais attention... Ça sent terriblement bon...

Après 3 à 4 minutes, le filet de poisson est retourné, bien "tartiné" de sauce recueillie à la cuillère.

Et voilà.
J'ai adoré, c'est du génie... Ce n'est pas trop salé, c'est parfumé, avec une douce amertume laissée en bec.
Nous avons là un pur régal même si je suis loin d'avoir réalisé un chef-d’œuvre façon Bras.
Le principe est sauvegardé, appliqué à une imitation et une adaptation pour les moins riches
qui aiment les produits du Sud et le poisson...

Enfin, pas de confusion : Cette recette n'a rien à voir avec la tapenade qui contient de l'ail, des anchois
et des herbes aromatiques. Ici, nous n'avons QUE la saveur franche de l'olive noire et c'est tant mieux.

Comme les amateurs(trices) vont me demander les quantités, on y vient tout de suite :
Avec 7 belles olives bien grassouillettes et 6 cl d'huile, j'avais de quoi cuisiner 2 filets de poisson.
Chacun dosera les olives suivant sa passion (faible ou forte) pour les concentrer ou les minorer.


(document "dininginfrance")

♫ ♫ Un jour, j'irai là-bas... ♫ ♫

Maryse
  |  Publié dans Les huiles, Poisson, Sauces & Crèmes salées  |    |  
 
  |  
 

28.04.2013 05:34

Petits croissants aux anchois


   D'accord, cette fois-ci on ne prépare pas un plat familial, on s'accorde du bon temps et le plaisir de partager un apéro entre amis.
Les très onéreux biscuits salés du commerce (à l'occasion, regardez leur prix au kilo...) resteront en rayon au profit d'une fabrication maison bien plus économique.

Pour 8 à 10 personnes, on achètera un lot de 2 rouleaux de pâte feuilletée + un pot d'anchois au sel, moins coûteux que les conserves à l'huile, surtout en discount. Avec ces 2 seuls ingrédients, on aura une quarantaine de petits croissants salés.


Pot d'anchois au sel Leader Price = 1,30 €


Ils sont entiers, donc nous devons retirer l'arête centrale en écartant les deux filets. Fastoche !

Ensuite, une bonne trempette dans l'eau fraîche renouvelée souvent et perso, je m'y prends la veille
en changeant l'eau une dernière fois avant d'aller au plumard. Dès le réveil, je renouvelle le bain qui dessale.


Enfin, les filets sèchent sur un lit de papier absorbant.


Pendant que les anchois sèchent, taillez vos disques de pâte en 2 puis en 4 puis en 8, etc...
jusqu'à obtenir au moins 16 triangles (24 c'est encore mieux mais plus difficile à rouler ensuite).
Matériel : une "roulette" à découper les pizzas + une grande règle farinée, ça marche super bien,
surtout si votre pâte est très froide, c'est à dire à peine sortie du frigo.

Laissez les pâtes tranchées sur leurs feuilles de papier cuisson et rangez-les au frigo 10 minutes,
les triangles se détacheront et se manipuleront cent fois plus facilement.

Pendant ce temps :
- battez un jaune d’œuf avec un peu d'eau tiède (ou prélevez une tasse de lait), réservez.
- préparez ce qui vous convient le mieux pour "adoucir" les anchois : Sauce tomate, fromage à tartiner
ou rien de plus pour les fadas du petit poisson argenté !!!


Sur la base du triangle (photo de gauche), allongez un filet d'anchois, et roulez jeunesse !
plaquez bien la pointe du croissant quitte à l'humecter pour qu'elle se colle.

Tapissez la plaque de cuisson avec du sulfurisé, rangez-y vos croissants pas trop serrés (ils vont gonfler)
puis badigeonnez-les avec le jaune d’œuf qui attend son tour (ou avec du lait).

Le four a été préchauffé à 210-220° pendant 5 bonnes minutes, enfournez les croissants
et baissez immédiatement le thermostat sur 180° (th.6). Cuisez environ 15 minutes sous surveillance.
Le préchauffage à haute température a pour but de provoquer la levée optimale et rapide de la pâte.


Dans l'idéal, ces petites bouchées salées (mais pas trop) se dégustent chaudes, c'est bien meilleur !

Réchauffer de la pâte feuilletée industrielle... c'est pas terrible, le croustillant disparait.
Il vaut 100 fois mieux faire de la place dans son frigo, préparer 2 plaques de croissants et les faire cuire
quand on sort les verres et les liquides qui iront dedans... Parole de quiche en pâte !

Maryse
  |  Publié dans Apéro, Poisson  |    |  
 
  |  
 

15.04.2013 10:38

Accompagnements de poisson


   Franchement, je ne savais pas trop comment intituler cette note car ce n'est pas une recette à part entière mais plutôt une succession de... bouts de ficelle !

Les promos sur le poisson (frais ou surgelé) vont bon train dans tous les supermarchés, on achète mais on manque souvent d'idées pour l'accompagner, qu'il soit frit ou simplement bouilli.
Bien sûr, toutes vos suggestions sur le sujet sont bienvenues.
Pour rester dans le max d'économies, on accompagne le poisson de riz ou de patates, on s'étouffe un peu à la longue...


Sur une compotée d'oignons, c'était fameux avec les premières feuilles de fenouil sauvage !

   Il y a quelques semaines, LIDL vendait un sac de 5 kg d'oignons paille pour 69 centimes : Razzia sur la promo ! Mais en moyenne, chez un discount, on trouvera le kilo d'oignons entre 50 et 75 centimes et il est souvent français, simplement hors norme en calibre pour la vente en vrac.

   Pour 4 personnes, il faudra presque 2 kg d'oignons mais si on a profité d'une super promo, ça ne fait pas cher le plat de légume !
Et en plus, les oignons pourront tranquillement être préparés la veille ou le matin même. A la belle saison, j'aurais ajouté quelques tomates...
Dans le cas présent, j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps ça ne m'était plus arrivé depuis la Pissaladière géante organisée pour un anniversaire où j'avais fini l'épluchage avec un masque de plongée !!!

   Bref, faut éplucher, émincer et faire revenir dans un mélange eau-huile d'olive, rajouter de l'eau et remuer tant que les oignons ne deviennent pas translucides et pour plus de saveur, on n'oublie pas la cuillerée de miel (ou de sucre), le trait de sirop de grenadine ou de vin rouge (l'un ou l'autre apporteront une belle couleur), la grosse tombée d'herbes de Provence, un peu de sel et force poivre.

La compotée d'oignons a été étalée dans un plat à four. Comme je disposais de poissons "délicats", je savais qu'ils ne seraient pas présentables si je les cuisais à la poêle. Ils ont été couchés sur le lit d'oignons au dernier moment, un filet d'huile d'olive, un tour de moulin à poivre et 15 minutes dans un four préchauffé.


Ayant toujours peur que le poisson soit sec, j'ai réalisé une mixture (je n'ose pas dire une sauce )
à partir de ce vieux pétard de tube qui traîne dans mon frigo depuis des siècles :


La crème ou pâte d'anchois. Misère, c'est tellement salé qu'y a de quoi en crever !

   Hyper salé, certes, mais très parfumé. J'ai donc touillé vivement 1 càs de crème d'anchois + autant de moutarde douce + une briquette de crème liquide allégée + un chouïa de jus de citron + un peu de persil ciselé et une pincée de piment (à remplacer par du poivre).

Ça ne parait pas comme ça, hein, mais prévoir une petite sauce tiède fait toujours plaisir aux convives !
Certains adorent y tremper du pain, d'autres en ont nappé le poisson et comme y en avait pour un régiment, le soir je me suis régalée avec ceci :


Des pâtes à "ma sauce anchois... sans anchois", sans le sel qui mord la bouche...
J'adore quand les choses comestibles s'enchaînent les unes aux autres,
y a pas besoin de se demander ce qu'on va manger au repas suivant, ça coule presque de source !

Maryse
  |  Publié dans Poisson, Sauces & Crèmes salées  |    |  
 
  |  
 

07.04.2013 06:29

Foie de morue ?


    Attendez, ho, partez pas en courant !!!
La recette qui suit est vraiment très, très bonne, saveur fine, je me suis autant régalée à la préparer qu'à la manger...


Je passe du temps à "faire des repérages" dans différents supermarchés
et je me suis intéressée de près à ce produit surgelé : La brandade parmentier.

   La Brandade de morue est née dans mon fief, à Nîmes (Gard). On aime ou on n'aime pas, mais son prix (lorsqu'elle correspond à la vraie recette) dépasse l'entendement ; prix logique quand on connait celui de la morue devenue poisson de luxe, autrefois poisson du pauvre... La pêche intensive est passée par là.

Revenons à notre gratin en barquette, j'ai noté sa liste d'ingrédients, la voici in extenso, je re-rappelle que le premier ingrédient de la liste est le majoritaire en poids et vous allez voir que le pourcentage d'eau est passé sous silence  :

Eau
morue 21% (cabillaud, sel)
flocons de pommes de terre déshydratés 10% (dont pommes de terre, émulsifiant : mono et diglycérides d’acides gras, stabilisant : E450, conservateur : E223, extrait d’épices, acidifiant : acide citrique, sulfites)
huile de colza
crème fraîche 5%
huile d’olive 3%
lait entier en poudre
œuf entier en poudre
ail 1,3%.
Traces possibles de blé, crustacés, soja, arachide, lupin, céleri, sésame, fruits à coque, mollusque.

Précisions ingrédients :
- Le cabillaud N'EST PAS la vraie morue qui sert à faire la brandade, c'est le poisson frais et âgé alors que la morue à brandade est un poisson séché jeune et gras (photo ci-dessus).
- J'ai pris l'exemple d'un surgelé de marque. Vous imaginez bien que dans un produit discount, le volume de poisson sera nettement inférieur à 21% !
- La purée : Le constat s'impose : Même en version instantanée, il n'y a pas autant de saloperies.

   Sans entrer dans des conversions mathématiques à me flanquer la migraine, j'ai utilisé de bien meilleurs ingrédients, plus authentiques tout en gardant des proportions similaires.


Nous avons donc besoin de :

1 sachet de purée instantanée (pour les mamans pressées) + 75 cl de lait, sinon purée maison
Quelques brins de persil
1 boîte de foie de morue
1 gousse d'ail
Je n'ai pas ajouté d’œuf, mais un seul suffirait à "compacter" l'ensemble, donc à vous de voir.

GRATIN DE MORUE PARMENTIER :

Pendant que les flocons de pommes de terre gonflent dans le lait brûlant,
on rassemble les autres ingrédients dans un bol :

- Tout le contenu de la boîte de foie, son huile (extrait naturel du poisson) sera parfaite et suffisante
- La gousse d'ail hachée
- Le persil
On mixe le tout. Si je n'avais pas eu peur d'encrasser mon robot, il aurait fait ça beaucoup mieux !


Et on mélange avec la purée sans oublier de poivrer fortement (inutile de saler).


Pour finir, la préparation est étalée dans un plat à four.


25 minutes plus tard, four très chaud (240°, th.8)

UN PUR RÉGAL pour 4 personnes. Pour plus de convives multipliez tout par 2 !

Parlons pognon :

- Foie de morue = 1,45 € la boîte de 121 g
- Un sachet de purée = 30 centimes

>> 0,60 € de lait (750 g) + 0,30 € de purée + 1,45 € de foie = 2,35 € POUR 1 GRATIN DE 1 KG !

Pour mémoire :
500 g de brandade parmentier surgelée, menteuse et chimique = 4,5 € en moyenne, soit 9 € le kg.

Pour comparer :
Si j'ajoute le prix d'une gousse d'ail, nous arrivons à 2,50 € le kg de gratin, soit 6,50 € d'économie (44 Francs) et je n'ai pas mis 10 minutes en préparation, ce qui est carrément express.


Il existe 4 ou 5 marques de foie de morue en conserve dont le prix varie de 1,40 à 1,60 €.
Je voudrai insister sur le point qualité-prix :

La saveur de mon gratin était franche, nette, exactement comme si j'avais utilisé de la vraie morue.
Or, à votre avis, combien de grammes de morue séchée j'aurai pu acheter avec 1,45 € ?
Trois miettes ? Oui, c'est tout à fait ça !
En détournant le foie de l'animal, nous obtenons un goût authentique et j'en suis ravie !

Maryse
  |  Publié dans Je fais quoi avec une Boîte de..., Poisson  |    |  
 
  |  
 

27.03.2013 07:39

Vive la boîte à sardines !


Bien sûr qu'on va parler recettes, détournements et transformations culinaires
mais avant tout, je vous livre l'étude réalisée par le Fonds français pour l'alimentation et la santé :

Au plan nutritionnel, la sardine est un des poissons les plus riches en omégas-3, ces acides gras bons pour la santé cardiovasculaire, mais sa teneur est variable :
- Fraîche : C'est en été que la sardine stocke les graisses (omégas-3) dont elle aura besoin en hiver pour survivre. Elle sera bon marché et parfaite pour le consommateur de juin à septembre inclus mais il faudra éviter de l'acheter d'octobre à mai ; c'est dans cette période que l'on optera pour la conserve.
- Surgelée : On a noté une dégradation sensible des omégas-3.

- En conserve : Les omégas-3 se dégradent aussi mais beaucoup plus lentement, on choisira donc la boîte dont la DLUO sera la plus éloignée, signe de conserve récente. Certaines marques indiquent clairement la date de mise en boîte + la DLUO (date limite d'utilisation optimale).
Lorsque la sardine a gardé son arête centrale (sardine entière) elle devient aussi une source de calcium intéressante sans aucun danger car cette arête est devenue fondante.
Les vitamines B12, B5, B3, D et E sont préservées car en quantité très importante.
Seul bémol : Sa teneur en sel. Impliquer la sardine en boîte dans un repas où les autres plats seront peu ou pas salés et si elle entre dans une purée ou des pâtes, on ne salera pas celles-ci.


Voyons déjà quelques recettes du site (clic sur les liens) pour transformer nos braves sardines :

Le féroce de sardines

Le guacamole de sardines

Les sardines de notre ami Lionel


Et tout frais tout chaud sorti de mon four : le gratin purée-couscous-sardines !

Largement inspiré de la recette de Mamita (parmentier de maquereaux), j'ai tout bêtement écrabouillé
le contenu d'une boîte de sardines pour le mélanger à une petite purée jugée un peu trop liquide,
donc étoffée par de la semoule à couscous qui aurait pu être aussi un reste de quinoa cuit.
Je n'ai absolument rien ajouté, si ce n'est du bon poivre du moulin (pas de sel) puis gratiné au four à 240°.
Pour 4 à 5 personnes,
il sera sage de compter 2 boîtes de sardines et 1 bon kg de patates (ou purée instantanée).
Avant de broyer ces pauvres sardines, j'ai laissé l'huile s'écouler... mais pas dans l'évier !
Par temps de crise, il n'y a pas plus de petites économies, j'ai récupéré cette huile dans un ramequin,
elle fera une excellente vinaigrette avec jus de citron dans une salade de pommes de terre.

INTERNET ET LES SARDINES

La moindre recherche me fatigue parce que je trouve cent fois la même recette copiée et recopiée...
Dans ces cas-là, je vais tout droit chez les professionnels qui savent de quoi ils parlent
puisqu'ils fabriquent les conserves de poissons et ne sont pas avares en conseils culinaires.

Pizza aux sardines (photo ci-dessus), spaghetti, tartes... y en a pour tous les goûts,
c'est bien fait, c'est limpide, je vous laisse cliquer sur les liens suivants en toute confiance :

Recettes de la conserverie La Belle-Iloise

Recettes de la conserverie Capitaine Cook

Recettes de la conserverie La Pointe de Penmarc'h

Et... coucou en passant à nos copinautes bretonnes et charentaises (d'adoption ou pas) !

J'en profite pour dire à nouveau qu'il ne faut pas forcément suivre chaque recette à la lettre près.
Parmi celles de "la Pointe de Penmarc'h", vous trouverez une tarte fine de sardines à la crème de chou fleur.
Si elle vous semble compliquée, ne gardez que l'idée d'associer la sardine au chou fleur, excellente idée
que je transformerai rapidos en béchamel sardinée sur un gratin de chou à l'humeur marine !

Et bien entendu, je frétille d'impatience en attendant vos recettes personnelles !

Maryse
  |  Publié dans Je fais quoi avec une Boîte de..., Poisson  |    |  
 
  |  
 

24.03.2013 07:25

Pot-au-feu de poisson revu et corrigé


   Toujours prête à partager ses trouvailles, Mamita nous propose une recette vue sur une chaîne TV consacrée à la cuisine.
Et vous allez voir que l'on peut adapter la préparation en fonction de son budget, ça c'est bien !

Mamita, à toi le micro !


   Bonjour tout le monde !

La recette est pour 6 personnes, je mets entre parenthèses mes modifications :

300 g de lotte coupée en gros cubes (mis du filet de colin surgelé !)
300 g de saumon (mis un pavé de saumon à 1,50 € en promo, j'ai enlevé la peau et coupé en cubes)
6 coquilles st Jacques (pas mises du tout !)
6 carottes
3 poireaux
1 verre de vin blanc
fumet de poisson maison ou en poudre
2 c. à s. d'huile d'olive
1 bouquet garni, sel, poivre
j'ai rajouté patates, curcuma, safran

    

- Peler les légumes, les laver, les couper en gros tronçons (on peut mettre d'autres légumes comme tomate, courgette, courge, etc.)
- Faire chauffer l'huile dans une grande casserole pour y faire revenir les légumes 5 minutes à feu moyen.
- Arroser de vin blanc, laisser un peu évaporer, ajouter le fumet de poisson et 1/2 litre d'eau, saler, poivrer, mettre le bouquet garni et laisser cuire 20 à 30 minutes.
- Ajouter alors le poisson, laisser cuire encore quelques minutes, couper le feu dès que le poisson est cuit.

Pendant la cuisson des légumes, préparer une mayonnaise aux herbes avec moutarde, huile, échalote, jus de citron, herbes aromatiques.
Servir le poisson accompagné des légumes et la sauce a part.

J'ai pris le poisson le moins cher, j'ai suivi la recette mais j'ai mis des pommes de terre en plus et beaucoup moins de quantité !!

>> Le midi j'ai mangé un peu de poisson, des légumes, une patate et j'ai accompagné d'une mayonnaise allégée (fromage blanc, moutarde, 1 càc d'huile et des herbes aromatiques).


>> Le soir, j'ai rajouté du concentré de tomates, du safran (ou curcuma moins cher), et j'ai émietté le poisson restant, j'ai écrasé les patates et je me suis régalée d'une bonne soupe de poissons !
Le bouillon était trop bon, hum !!!!
Mais je pense que des pâtes à potage auraient fait l'affaire...
C'était excellent et on peut varier son poisson suivant leurs prix.
Ça ne va plus être la saison du pot-au-feu, mais qu'est ce que c'était bon, et pourtant j'avoue ne pas être une fan de poissons, mais il est nécessaire à notre équilibre alimentaire.

Mamita

Le grain de sel de la tôlière, concernant le fumet de poisson :

Certes, on peut l'acheter tout prêt et les produits de qualité sont chers avec une DLC assez courte... s'ils contiennent du poisson et non des arômes artificiels !
Mais rien de plus facile à faire à la maison.
Ne jetez jamais les têtes et queues des poissons, rassemblez-les dans une boîte au congélateur et lorsque vous en avez plus de 300 grammes, fabriquez votre fumet :
On fait rissoler les déchets de poissons dans un peu d'huile où colore aussi un oignon haché. Dès que l'ensemble est doré, versez 2 verres de vin blanc sec, salez, poivrez généreusement, ajoutez 2 carottes en rondelles fines + 2 càs de concentré de tomates + du thym et une feuille de laurier-sauce, couvrez et laissez sur petit feu pendant 45 minutes.
Attendez le complet refroidissement pour filtrer le jus, remplissez-en des petits contenants en plastique (plus petits que des pots de yaourt, le genre "petits filous" est impec) et congelez.

Maryse
  |  Publié dans Poisson  |    |  
 
  |  
 

09.03.2013 06:14

Maquereaux au vin blanc


Dans le commerce, on trouve ça :


Mais nous on va faire ça :


   Si on est seul à table, la petite boîte de 175 grammes suffira. Elle coûte entre 1,83 € (pour une marque magasin) jusqu'à 4 € pour un produit de qualité.
Pour peu qu'on soit deux, ça devient craignos sauf si on a suivi l'excellente recette de Mamita (clic ici).

Alors pourquoi ne pas fabriquer ses propres conserves de maquereaux en volumes plus conséquents ?

PARLONS POGNON :
- Ne tenons pas compte des grandes marques de conserves de poisson, mais basons-nous au prix le plus bas pour une boîte de maquereau au vin blanc, soit 10 € le kg (moyenne que j'ai établie entre un produit Auchan, un Super U et un Leclerc).
- Au rayon poissonnerie, on trouve des maquereaux frais pour environ 5 € le kg et nettement moins chers (3 €) lors d'arrivages ou de promotions (à surveiller pour s'y jeter dessus le moment venu !).

- Toujours au rayon poissonnerie, regardez bien dans les bacs de "frais préemballé" : si le maquereau entier ne se vend pas, les employés le débitent en filets et mettent en barquettes. Ce sera un peu plus cher mais zéro déchet et temps gagné.
- Le court-bouillon est plus difficile à chiffrer. Tout dépend du contenu de votre placard : si vous avez déjà du vin blanc et quelques légumes à soupe, la dépense sera minime.

PARLONS PRÉPARATION : 2 options
- Soit on coupe chaque maquereau en tronçons et dans ce cas-là, il faudra retirer l'arête centrale dans l'assiette mais ce sera très facile, le poisson étant cuit, cette arête s'enlève toute seule.
- Soit on lève les filets. Têtes et queues tranchées, on passe la lame du couteau contre l'arête centrale.
Le prix du maquereau étant rikiki, rares seront les poissonniers qui accepteront de lever les filets.

RECYCLAGE :
Après avoir jeté les tripes, gardez et congelez les têtes et les queues pour faire une soupe de poissons.


Il est pas joli mon court-bouillon ? Ne tenez pas compte des champignons, je les avais, je les ai mis !

LE COURT-BOUILLON : sa qualité est primordiale.
Pour mes 2 bocaux de 500 g, j'ai eu besoin de :
3/4 de litre de vin blanc sec, 2 oignons taillés en rondelles, les tranches fines d'un citron, 2 petites carottes émincées, 2 gousses d'ail pressées, 2 feuilles de laurier-sauce, du thym (ou 1 c.à c. d'herbes de Provence), 2 clous de girofle, sel et poivre du moulin + quelques grains de poivre entiers.
Facultatifs : 1 brin de persil, 4 feuilles de céleri.

On met tous ces ingrédients dans une marmite. Lorsque l'ébullition arrive, on baisse le feu et on maintient un petit frémissement pendant 30 minutes.
Idéalement, le court-bouillon sera réalisé la veille, il restera sous couvercle à température ambiante. C'est ainsi qu'il donnera le maximum de saveurs concentrées et de puissance.
Rien à voir avec le vague jus où trempouillent les maquereaux en conserve bas de gamme !

      

   On attaque !
Pas douée pour lever les filets, j'ai retiré têtes et queues et coupé chaque bestiole en 2 tronçons. Les tripes viennent par simple pression puis on rince très soigneusement. Le poisson attendra sur du papier absorbant.


C'est pas flou, ça fume !

Le court-bouillon est mis à réchauffer, les morceaux de maquereaux seront posés dedans, portez à ébullition vive quelques secondes puis baissez le feu pour laisser frémir 15 minutes sous couvercle.
Astuce : Utilisez une casserole plus haute que large, une fois le poisson mis dans le court-bouillon il sera totalement immergé donc inutile de le retourner. Moins on le manipule et mieux il se porte !

Sortez les filets ou les tronçons pour les ranger dans les bocaux, écopez le court-bouillon et ses légumes à la louche, recouvrez-en le poisson en ménageant 2 cm de vide avant couvercle, vissez celui-ci fortement (ou si vous utilisez des bocaux du type "Le Parfait", pensez à changer le caoutchouc).


Et voilà l'travail !

LA CONSERVATION :
Soit on est sûr de consommer le produit dans les 4 jours qui arrivent et les bocaux bien fermés peuvent attendre au frigo, soit on stérilise.
Un soir de famine, on fait bouillir 3 patates, on ouvre un bocal de maquereaux et on se régale à moindre frais !

   C'est toujours dans cette marmite haute en inox que je stérilise mes conserves n'ayant pas de place pour la "lessiveuse" des familles !

Le poisson comme la viande réclament des temps de stérilisation plus longs que pour les fruits et légumes, c'est normal et c'est la prudence qui dirige.
Attendre le départ de la forte ébullition de l'eau (qui doit toujours recouvrir tous les bocaux) et comptez 1h30.
Coupez le gaz mais ne touchez à rien, laissez le travail s'achever tout seul, vous sortirez les conserves le lendemain...

Maryse
  |  Publié dans Conserves, Poisson  |    |  
 
  |