Recherche
Recettes et Astuces pour les plus Modestes, les Fauchés,
ceux qui sont dans le Pétrin ou dans la Panade !
Pour venir en aide à ceux qui ont des moyens minimes (argent,
ustensiles...) mais qui refusent la morosité dans leur assiette.
Mieux manger c'est relever la tête,
c'est une forme de résistance et un combat contre la guigne.
Admettons une bonne fois pour toutes qu'une cuisine économique n'est pas une cuisine pauvre ou triste !
Faisons simple et astucieux, bon et sympa,
énergique et souriant, soyons plus forts que l'adversité,
en un mot: Soyons RICHES!

 



23.06.2014 15:52

L'omelette du berger


    Alors celle-là je l'adore !

   Aux origines, il s'agissait d'un "casse-croûte" pastoral réalisé avec les moyens du bord par le berger (= lou pastrè, en provençal) lors de la transhumance.
Dans le bât de la mule se trouvait une réserve d’œufs, chacun bien enveloppé dans du papier journal protecteur et conservateur. Autour du cou de la mule pendait une outre en peau où le lait de chèvre ou de brebis prenait tout son temps pour cailler et s'égoutter...

   Lors de la halte et après une très longue marche, le berger s'arrêtait près d'un point d'eau où tous les animaux pouvaient boire. Pendant ce temps, il allait ramasser les plantes que l'altitude et le sol voulaient bien lui offrir : Menthe et cives (fins oignons sauvages), parfois quelques champignons... pas grand chose mais un bouquet de puissants parfums !

   Depuis ma lointaine expérience de la transhumance, je concocte l'omelette du berger chaque fois que je trouve de la Brousse en date courte, ce qui est assez fréquent car la DLC de ce fromage frais demeure très brève.

  
Sur les 2 photos du haut, vous voyez les marques les plus courantes vendues en supermarché.
Si jamais l'occasion s'en présente, la "Corsica" est particulièrement parfumée... un régal !

   Un mot sur le mariage Menthe-Oignon :
Hormis dans le taboulé, on n'y pense pas souvent et c'est bien regrettable car il est divin sans oublier que les vertus digestives de la menthe font descendre la copieuse omelette comme une lettre à la poste !

Voyons un peu comment réussir cette belle omelette loin des bergeries et des alpages :

POUR 4 à 6 PERSONNES, IL FAUDRA :

8 œufs
250 g de Brousse de chèvre ou de brebis (Attention, pas de vache !)
1 bonne cuiller à soupe de crème fraîche (INDISPENSABLE !!!)
12 feuilles de menthe (peu importe la variété)
2 "cébettes" ou "cives" ou simples oignons nouveaux vendus en petites bottes
Et mon truc en plus (facultatif) pour un superbe gonflant : 1 pincée de levure chimique

  

LA RECETTE :

Casser les œufs dans un saladier et les battre (sans excès) avec la crème.
Une fois la Brousse démoulée et égouttée, l'écraser à la fourchette afin de bien la détendre,
puis l'ajouter aux œufs crémés. Mélanger soigneusement le tout en ajoutant la pincée de levure.

Laver et éplucher les jeunes oignons, les émincer avec les parties vertes et saines de leurs tiges.
Ciseler les feuilles de menthe le plus finement possible.
Ajouter oignons et menthe dans le saladier.

Beurrer et chauffer une poêle de taille moyenne, y verser le mélange et dès qu'il commence à prendre,
poivrer beaucoup et saler (peu si la Brousse a été jugée assez salée, ça arrive !).
Lorsque l'omelette se détache facilement de la poêle, la retourner pour en cuire l'autre face.

On peut s'arrêter à cette étape pour une finition ultérieure et plus moussue :
Cinq minutes avant de passer à table, faites glisser l'omelette dans un plat à four genre moule à manqué
et finissez sa cuisson 10 minutes à 150° (th.5) pour un moelleux incomparable et une cuisson à cœur.

Vous avez le Sud et la tradition pastorale à votre table !

Maryse
  |  Publié dans Aromatiques, Oeufs  |    |  
 
  |  
 

19.06.2014 16:27

Pain de thon


  Simple - Rapide - Idéal quand il fait chaud (cuit au micro-ondes) - Économique - Pratique, le pain de thon est multifonctions : À l'apéro en dés sur des piques, en entrée festive décoré de tranches de citron sur un lit de salade avec une touche de rouge tomate, en pique-nique il est facile à transporter, en plat du soir prêt d'avance, et même en sandwich car il se "tient" bien !

Il se garde facilement 3 à 4 jours au réfrigérateur.


Il régalera 8 convives.

INGRÉDIENTS
480 g de thon égoutté
4 œufs
1 botte de persil (je mets du persil surgelé)
le jus de 2 citrons (ou deux bouchons d'extrait concentré)
1 c. à soupe de cornichons hachés et/ou de câpres
1 mini boîte de concentré de tomate
3 c. à soupe de crème fraîche à 15% 
(Pour les personnes intolérantes au lait, utiliser de la crème de soja ou de riz-cuisine)

PRÉPARATION

Mixer tous les ingrédients ensemble.
En remplir un moule à cake en silicone ou en verre (pas de métal !), couvrir avec un film alimentaire
percé de trous et placer au micro-ondes.

Cuire 10 à 12 minutes à 750 watts.
Vérifier la cuisson (le cake ne doit plus être humide à cœur)
Couper en tranches après complet refroidissement.

Se mange froid, mais une amie le sert chaud l'hiver accompagné de pommes de terre.

IsabelleMiaou
  |  Publié dans Je fais quoi avec une Boîte de..., Poisson  |    |  
 
  |  
 

19.06.2014 08:33

Melon rôti


   Ce sera un sauvetage en beauté parfumée !
Il va de soi que cette recette ne convient pas à un melon parfait, odorant, ferme et bien mûr, non, là on se régalera de le manger cru en entrée ou en dessert ou.... mais... y a pas d'heure pour en manger !

   Même une sudiste avertie peut se tromper en choisissant un melon sur l'étal : Lourd, pédoncule qui cède sous la pression du pouce, fort parfum... on le coupe, persuadé d'offrir du bonheur à sa tablée mais hélas, c'est une superbe courge que l'on vient d'acheter !!!

La réaction rageuse la plus courante consiste à jeter le melon ou à le donner aux poules qui en raffolent (mûr ou pas).
Nous allons sauver le melon, je vous le garantis !


Voilà comment il va finir !

Mais commençons par le commencement...
Sur ce coup, je n'ai pas fait une erreur de casting mais une indigestion suite à récup'
d'une grosse quantité de melons, tous abîmés (en apparence) et tous... meilleurs les uns que les autres !
C'est bien la preuve de la difficulté à choisir "le bon".
Disons donc que j'en ai eu marre de me gaver de melons (même gratuits, on se lasse),
d'où l'idée d'en transformer un qui était aussi dur que la pierre, en le cuisant brièvement.

Regardez ici un vrai contre-exemple :


Plus moche, ce sera difficile !
Personne n'aurait acheté ce melon (c'est bien pour cela qu'il a fini à la poub')
et pourtant... c'était du nectar, un délice, certes un peu trop mûr mais excellent.

COMMENT REDONNER VIE ET SAVEUR À UN MELON-COURGE ?


Dans un bol, on mettra 1 càs d'eau chaude + 5 càs de miel (si possible de thym ou de lavande)
+ 2 pincées généreuses de baies roses écrasées entre les doigts. Puis on touille bien l'ensemble.


Dans un plat à four, on verse 2 càs d'eau, on y installe le melon coupé en 8 tranches.
À l'aide d'une cuiller à soupe, on les nappe avec le contenu du bol.
Si vous avez du thym frais, émiettez ses fleurs et ses feuilles par-dessus (1 belle pincée).
Sinon, le thym sec conviendra et ne faites pas comme moi, j'ai aussi mis du romarin, c'est trop puissant !

Le four est préchauffé à 250° (th.8).
On y enfourne le melon pour une quinzaine de minutes, assez près de la résistance haute.
Il faudra sortir le plat au moins 3 fois pour écoper du jus et en arroser les tranches, c'est important.


On arrosera encore une fois le melon avec son jus avant de laisser refroidir le plat
pour ranger les tranches brillantes au frigo.

La chair est mi-cuite ; l'extérieur est saisi, le goût général fait penser au melon confit... Très, très bon !
Il ne faut pas prolonger la cuisson au-delà de 20 minutes sous peine d'avoir une texture de compote.
Ce n'est certainement pas grave, mais si on conserve un peu de fermeté, c'est mieux.
L'alliance d'un miel parfumé et des baies roses est capable de sauver n'importe quel melon.

NE JETEZ PLUS LES MAUVAIS MELONS, RECYCLEZ-LES !
Mais donnez toujours les écorces et les graines aux poules, elles seront ravies.

Maryse
  |  Publié dans Melons et Pastèques, Récup diverses, glane  |    |  
 
  |  
 

17.06.2014 08:16

TOUT CRU (ou presque)


   Les ami(e)s, avec Danielle nous allons vous mettre à contribution !

   Les beaux jours arrivant, la chaleur produite par les marmites, le temps passé à cuisiner et les factures galopantes d'EDF-GDF, on a moins envie de mitonner des plats traditionnels... Danielle va démontrer en images et par le texte, comment elle s'y prend pour minimiser les dépenses, gagner du temps et manger beaucoup plus sainement.

Bien sûr il y a les salades mais nous recherchons VOS idées de plats consistants qui nécessitent peu ou pas de cuisson. Alors on compte sur vous et vos précieux commentaires !


Tout commence ici avec ce cuit-vapeur qui n'est pas tout jeune et qu'on dégotte aux puces
ou chez Emmaüs pour quelques piécettes vite rentabilisées.


Un peu d'eau dans le récipient du bas qui contient un ramequin de millet, un bol de lentilles caviar
et une patate douce. Attention ! Ne remplir les ramequins qu'au 1/4 de leur volume.


L'étage supérieur contient des légumes. On le retire dès que "les carottes sont cuites" !


Le dernier étage supporte de l'eau + une "marguerite" remplie de riz rincé au préalable.

Tous ces aliments représentent les bases des futurs repas de Danielle, ils ont cuit ensemble et en une seule fois dans une chaleur si concentrée que la cuisson fut brève : 15 minutes, prolongées sous couvercle et hors du feu.

   Ensuite -me dit Danielle- c’est de l’assemblage. Les ingrédients précuits se marieront avec les salades et légumes crus, les fruits, les produits laitiers (vache ou soja) etc…
Après refroidissement, notre amie range tout au frigo. Voici un exemple d'utilisation à froid : une "crème de légumes" (ni soupe épaisse ni purée) :

Dans le mixer :
- 1/2 patate douce, mais on peut mettre des pommes de terre classiques
- des morceaux de courgettes cuites
- 1/2 oignon rouge cuit
- 1 filet d'huile d'olive
- 1 lichette de miel
Sel, poivre, oignons secs (on peut rajouter des olives, tomates séchées ou à l'huile, des pignons, noix de cajou, etc...)
Dégustée bien froide, c'est excellent -poursuit Danielle- avec une salade verte au millet.

Et pour les gourmandises : LES TARTES CRUES ! Là, Danielle, je te laisse expliquer...

  Coucou ! Je parle bien de tarte "crue", pas seulement froide ! Un exemple de fond de pâte sans cuisson mais bourré de protéines et de vitamines :
- 1 tasse et demi d'amandes, noix, noisettes.
- 1/4 de càc de sel
- 1/2 tasse de pâte de dattes ou dattes mejdhoul ou figues ou raisins secs (ils serviront de liant)
- de la vanille ou des zestes de citrons ou orange séchés et pulvérisés, selon la garniture
- Un peu d'eau ou de lait ou de crème soja/fraîche pour homogénéiser la pâte
Le tout est mixé pour obtenir une pâte grossière dont on fonce les moules
en la tassant bien (si elle est trop compacte, y mélanger un peu d'eau ou de lait).
On y dépose la garniture (fruits ou crèmes diverses), on laisse au frais le temps du repas. Et voilà ! c'est délicieux, facile, vitaminé.

Voilà (en passant !) la recette du KETCHUP CRU, il faut :

    1 tasse de tomates séchées réhydratées dans un peu de bouillon (entre 15 et 30 mn)
    2 cs de vinaigre de votre choix (maison c’est mieux mais faites avec ce que vous avez)
    ½ càs de sirop d’agave, de miel ou d’un simple sirop de sucre (ou un peu d’eau avec du sucre)
    A convenance : poudre d’oignon, ail, sel, Tabasco etc.…

Mélangez au mixer en rajoutant 1 verre d’eau. Si le produit est trop épais, rallongez-le et pour le contraire, rajoutez des tomates.

C’est délicieux, rapide, économique et vous pouvez utiliser le flacon de ketchup traditionnel ou le mettre dans un flacon transparent avec une belle étiquette (ketchup fait maison !)

GLACES CRUES rapides et sans sucres ajoutés !

Il suffit de mettre dans le mixer des bananes congelées + un autre fruit et de remettre au congélateur le temps du repas.
Exemple : une glace maison/minute à la fraise : fraises surgelées + lait de soja + un peu de miel = délicieux !!!
Je prépare les glaces au début du repas pour les mettre au congèl et les ressortir à la fin du repas. C'est parfait, les glaces restent moelleuses.


On pourra marier ainsi : Bananes + fraises, Bananes + cerises ou encore Bananes + mangues...

L’astuce c’est d’acheter les fruits en "solde" ou en fin de marché, de les couper en petits morceaux, de les congeler sur un plateau et de les mettre dans un sachet pour des glaces saines à volonté.

TARTES SALÉES CRUES

Le fond de tarte:
- 125 gr d'amandes
- 125 gr de flocons d'avoine
- 1 petite c.à s. de pâte de sésame (tahin) ou de purée de noisettes ou de cacahuètes
- 1 petite c.à s. de miso (facultatif) à remplacer par une datte et un peu de sauce soja
- 1 petite c.à c. de cumin (et/ou piment d’Espelette, poivre, etc.) 
- 7 ml d'eau

Mettez les amandes et les flocons d'avoine dans un moulin à café et mixez jusqu’à obtenir une poudre fine.
Ajoutez ensuite la pâte de sésame, le miso, le cumin et autres épices. Mixez à nouveau. Si ce n'est pas assez collant, 1 c.à s. d'eau devrait suffire. Mettez ensuite la pâte dans un petit moule à tarte (pour un grand, doublez les quantités) et foncez-le.

Un exemple de garniture mais on peut utiliser tous les légumes crus que l’on souhaite.

- 3 petits champignons de Paris
- 125 gr d'épinards frais
- 1/2 carottes
- 1/4 oignon ou d'échalote
- 1/2 avocat
- 1 c.à c. de sauce soja
- 1 c.à s. d'huile d'olive
- 60 ml d'eau
- 1 c à c. de graines (sésame, lin, courges etc..)

Hachez finement les champignons et disposez-les sur le fond de tarte. Mixez dans la moulinette les graines de lin seules (ou passez-les au moulin à café). Réservez. Mixez les épinards, la carotte, l'oignon, l'avocat, la sauce soja, l'huile d'olive et l'eau jusqu'à l'obtention d'une crème épaisse (on peut laisser quelques morceaux pour le croquant).

Ajoutez les graines de lin moulues et mélangez bien.

Versez ce mélange sur les champignons et réfrigérez pendant deux heures. Servez avec une salade verte ou de la roquette.

   Danielle

Le grain de sel de la tôlière :
Pour débuter avec les fonds de tarte crus, je vous conseille de former des portions individuelles sur des petites assiettes avant de vous lancer dans le fonçage du moule familial ! Tassez bien avec la main, arrondissez les bords et garnissez.
Tant que l'on a pas trouvé le mélange idéal, il est assez difficile d'obtenir une "pâte" qui a de la tenue ; elle aura tendance à se briser lors de la découpe en parts. Donc, autant faire dans l'individuel pour ne prendre aucun risque !

Maryse
  |  Publié dans Légumes divers  |    |  
 
  |  
 

16.06.2014 07:28

Testez le concombre couillu !


   Quels sont les reproches majeurs adressés au brave concombre ? Il est fadasse et il est mollasson. Et bien ça va changer ! On ne lui retire rien de ses bienfaits, il devient simplement plus ferme et quelque peu "burné"...

C'est notre copinaute Viola-Alba qui a joué les essais, transformation réussie, c'est parti !

INGRÉDIENTS POUR 3 OU 4 PETITES VERRINES :
1 concombre
1 yaourt nature ou bien du fromage blanc égoutté
2 feuilles de gélatine
basilic (quelques feuilles) à remplacer éventuellement par de la menthe
10 cl de crème épaisse (soit 1/2 petit pot)
au moins 4 gouttes de Tabasco (ou 1/2 cuiller à café de purée de piment)
épices (cumin et gingembre en poudre, curcuma, curry, piment rouge), sel et poivre



Faire ramollir la gélatine dans un petit bol d'eau froide une dizaine de minutes
puis l'essorer dans la main et la faire chauffer dans la crème épaisse, sans faire bouillir. Bien mélanger.
Mixer le concombre (s'il est bio, garder une partie de la peau) avec le yaourt ou le fromage blanc.
Ouvrir le robot, incorporer les feuilles de basilic, le mélange gélatine-crème, ajouter le Tabasco,
le poivre et sel puis mixer à nouveau. Goûter pour rectifier l'assaisonnement avant la prise au froid.
Répartir dans des petites verrines, conserver au frigo jusqu'au service (au moins 30 minutes).

Quelques menues pincées de différentes épices en surface donnera encore plus de caractère à cette entrée.
À servir accompagnée de croûtons grillés légèrement frottés d'ail... Voilà de quoi relever le concombre !

Viola-Alba

Maryse
  |  Publié dans Concombre  |    |  
 
  |  
 

14.06.2014 10:06

Retour sur les knacks


   Ce sera une double recette à quatre mains !

D'abord la fine idée familiale de Waterzooi, suivie de mon adaptation avec ce que j'avais sous la main.

   Les crêpes gratinées aux knacks de Waterzooi :

- 4 ou 8 crêpes non sucrées bien sûr
- 4 ou 8 knacks
- une béchamel maison
- un sachet de 200 gr de fromage râpé

Préchauffer le four à 180°, beurrer généreusement un plat à gratin et y déposer côte à côte une (ou deux :)  knack enroulée d'une crêpe.
Quand toutes les crêpes sont prêtes au fond du plat, recouvrir de béchamel, répartir le fromage râpé sur le dessus et hop au four pour environ 20 minutes .
À servir avec une salade, un légume cuit, cru, .............

Bon appétit :)

   La version "tôlière" :

   Merci pour la belle idée, Waterzooi !
Je n'avais pas de fromage râpé et... pas de crêpes non plus (ni envie d'en faire !) par contre j'aime bien la béchamel à l'oignon qui a fondu seul à la poêle et au beurre ; il rejoint la béchamel dès qu'elle épaissit.
J'avais aussi une "baguettine". Une fois le pain ouvert, j'ai étalé une bonne couche de béchamel à l'oignon (très poivrée), puis les knacks en rondelles, encore un peu de sauce et ensuite, rapide passage sous le grill.

Pour éviter l'effet "étouffe chrétien", j'ai mangé ma grosse tartine en même temps qu'une copieuse salade verte.

   Un repas très économique qui sent super bon, tout moelleux ou qui croustille et qui cale l'estomac... que vouloir de plus ?
Surtout que les cigales ont attaqué la saison en poussant leur chansonnette, alors, hein... Tout roule !

Maryse
  |  Publié dans Saucisse & Boudin  |    |  
 
  |  
 

12.06.2014 10:28

Houmous de haricots rouges


   Oui, c'est bien de "cocos" rouges qu'il est question aujourd'hui !
Encore une boîte à malices économique qui nous attend au supermarché. Même en conserve, le haricot rouge est une source inestimable de bienfaits pour notre santé.

Vous le trouvez fadasse ? Ça va changer !

Nous allons l'exploiter pour les repas légers du soir mais qui n'en sont pas moins rassasiants, on pourra y "dipper" des petits légumes crus, des Tacos ou encore le tartiner sur pain grillé... comme l'authentique Houmous et sa base pois-chiches.

LES INGRÉDIENTS :

Une petite boîte de haricots rouges nature
Environ 80g de fromage mou : Mascarpone, St Morêt et ses copies discount, Vache qui rit..
1 gousse d'ail
Une bonne cuiller à soupe de jus de citron
Un peu d'huile d'olive, sel et poivre

Après avoir rincé (plusieurs fois) et bien égoutté les haricots, placez-les dans le bol du robot
avec la gousse d'ail dégermée et hachée, force poivre, un peu de sel, le fromage, le jus de citron et mixez.
Suivant la consistance obtenue, versez plus ou moins d'huile d'olive et redonnez quelques tours.

La qualité des haricots rouges est variable (+ ou – farineux), il faudra peut-être rajouter un peu d'eau
pour détendre la "purée" obtenue qui sera mise dans un petit bol et réfrigérée après avoir été goûtée
afin de rectifier l'assaisonnement... qui accepte très volontiers la compagnie d'un souffle de piment !

Notre "houmous" doit être onctueux et enveloppant tout en ayant de la tenue.
Sans l'apport du fromage, il serait vraiment trop sec...
La couleur est sympa, le goût légèrement sucré et fin, voilà encore de quoi garnir nos tartines salées !

LES PETITS PLUS :

Si vous en avez, remplacez l'huile d'olive par de l'huile de sésame

Pour lui donner du croquant, faites blondir des graines de sésame à la poêle et ajoutez-les
en remuant l'ensemble à la fourchette, juste avant de servir, toujours bien froid.

Maryse
  |  Publié dans Je fais quoi avec une Boîte de..., Légumes Secs   |    |  
 
  |  
 

09.06.2014 11:01

Tarte au riz au lait


   Nous sommes sur la même longueur d'onde avec Waterzooi : Dans un magasin, nous cherchons ce qu'il y a de moins cher pour le transformer et l'optimiser. Son idée est géniale, économique en diable, elle est belle (la tarte, hein, je ne connais pas la bobine de Waterzooi ), bonne (toujours la tarte) et elle en jette un max...
Ah mais ce n'est pas tout, notez 2 autres avantages : La recette est
express et dispense de la cuisson du riz (éco d'énergie
et de vapeur dans la cuisine) !


À la base, on a besoin d'une boîte de riz au lait vendue au rayon desserts en conserve.
La plus chère, la marque "Mont Blanc", est placée au niveau des yeux, il faut regarder plus bas
et chercher la moins chère (marque magasin comme Ambrosia = Carrefour) ou boîte 1er prix.
Bien placé sur ce coup : Leader Price. Comptez environ 1 €.

Et donc avec ça, on fait ça :

Même si tu es absente ma chère Waterzooi, je te cède la place avec un immense plaisir :

   Bonjour, bonjour les ami(e)s !!!

Une tarte trop bonne, trop fastoche et........  Impossible de la rater !
Le riz au lait en boîte tout le monde connait .
La tarte au riz est simplement emblématique de nombreuses régions belges, mais je la simplifie et ma foi, elle se laisse déguster et elle descend comme "le petit jésus en culotte de velours" !

LES INGRÉDIENTS :

Une pâte brisée du commerce
Une boite de riz au lait (ou 2 pour une grande tarte)
2 œufs
Un pot de 20cl de crème fraîche (pas light, lol !)
3 à 4 cuillers à soupe de sucre blanc
cannelle si on aime, sucre glace pour décorer juste avant de servir (sinon il fond !)


La tarte vue en coupe : La crème est bien prise, l'ensemble sait se tenir !

- Préchauffer le four à 180°, étaler la pâte brisée dans un moule et piquer le fond de quelques coups de fourchette.

- Dans un saladier, mélanger le contenu de la boîte de riz, les œufs, la crème et le sucre, saupoudrer de cannelle si vous l'aimez, puis verser sur la pâte en lissant pour tasser un peu.

- Enfourner 20 à 30 minutes, cela dépend de chaque four, mais la préparation au riz doit "prendre", ne plus trembloter, et la surface doit être bien dorée. Si vous avez peur qu'elle devienne trop foncée en poursuivant la cuisson, la recouvrir d'une feuille d'alu.

- Variantes pour augmenter la gourmandise et... le volume en cas de morfalisme aigu à votre table :
J'ajoute souvent une couche de compote de pommes sous le riz, directement sur la pâte ou autres fruits déjà cuits, les moins liquides possible afin de ne pas détremper la pâte.
Sur la photo ci-dessus, on voit une écrasée de fruits rouges (quand on en a !) que l'on a un peu desséchée à la casserole.
S'il vous reste quelques raisins secs, une fois gonflés dans un liquide chaud et égouttés, ils iront super bien dans la préparation au riz.

   Une tarte excellente et pas lourde du tout !

   Waterzooi


C'était dans la boîte !

Le petit mot de la tôlière qui n'a franchement rien à rajouter :
Voilà... c'est comme ça que je comprends la vie quand le pognon manque. On ne fait pas triste mine, on INVENTE, on imagine au lieu de se contenter d'ouvrir une boîte de conserve façon morose... surtout que c'est pas la peine de pleurer dans la soupe ou dans les raviolis... ils sont déjà bien assez salés !

Maryse
  |  Publié dans Je fais quoi avec une Boîte de..., Tartes Sucrées  |    |  
 
  |  
 

06.06.2014 02:36

Gelée de verveine


   Nous voici revenus vers la délicieuse verveine grâce à Tomyam qui joue la réussite visuelle et gustative en nous proposant un dessert original à souhait !

   Bonjour à toutes et à tous !

   L'agar-agar n'est pas si bon marché, mais il fait de l'usage et permet de réaliser des petites gelées légères et rafraîchissantes en été.

Pour 3 à 4 petits ramequins, mettre dans une casserole 1/2 litre d'eau, une poignée de feuilles de verveine et une cuiller à café PAS TOTALEMENT PLEINE de poudre d'agar-agar. Avec cette dose d'agar-agar, vous aurez une gelée "tremblotante", si vous préférez une tenue extra-ferme, il en faudra 1 cuiller à café BOMBÉE (toujours pour 1/2 litre d'eau).

Porter à ébullition pendant 1 à 2 minutes, en remuant pour bien dissoudre la poudre.

   Laisser infuser 10 minutes, retirer les feuilles de verveine, sucrer au goût. Pour moi, une cuillère à soupe de  sucre (j'avoue, en vrai, j'ai mis une cuillerée d'aspartame !)
Répartir dans les ramequins, laisser prendre en gelée, mettre ensuite au réfrigérateur, la gelée peut être gardée deux ou trois jours. Pour une dessert ou pour calmer une petite faim, servir bien frais avec des fruits.

J'ai préparé une gelée de verveine parce que c'est ce que j'avais dans mon placard, mais du tilleul, du sureau, du jus de pomme seront tout aussi délicieux.


La version "démoulée"

   Comme j'avais une fringale au moment où j'ai fait cette préparation, je n'ai rempli que deux ramequins avec la gelée, le reste, je l'ai versé dans une tasse, allongé avec un peu d'eau, et je l'ai bu immédiatement.
Cela a calmé mon envie de grignoter. Les fibres de l'agar-agar gonflent dans l'estomac, d'où un effet coupe faim indéniable et... naturel !

   Tomyam

Les 2 grains de sucre de la tôlière :
D'abord merci Tomyam et bravo pour le stylisme photographique !
- On peut aussi façonner la gelée à sa guise en la coulant dans des moules à glaçons fantaisie ou simplement cubiques. Très mimi au dessert enfilés sur des sticks parmi 3 ou 4 dés de fruits (toujours citronnés).

 

- Si on emploie des feuilles de verveine fraîche, on aura envie que la gelée conserve la jolie couleur vert clair. Il suffit de verser quelques gouttes de jus de citron, remuer hors du feu, juste avant de mouler la gelée.

Maryse
  |  Publié dans Aromatiques, Desserts  |    |  
 
  |  
 

03.06.2014 04:17

Croustillants de nectarines à la verveine



Suave, puissante, divine... on n'en finirait pas de qualifier la formidable verveine.

   Comme nous l'avons fait avec le tilleul, la verveine sortira de sa tasse à tisane et si vous (ou un proche) en possédez une plante, chipez-lui quelques feuilles fraîches pour un plaisir aussi olfactif que gustatif !

Dans la recette qui suit, la verveine ne servira qu'à pocher des fruits, elle sera invisible mais merveilleusement présente...

   J'ai toujours gardé la recette des "croustillants" dans mon classeur et ce depuis... très longtemps. J'en ai un souvenir mitigé pour la raison suivante : Excellente saveur, jolie présentation mais grosse difficulté pour partager le dessert !
Et cette histoire est hélas trop courante car les concepteurs ne nous parlent que très rarement du service.
En effet, la recette originale donne un dessert pour 4 personnes préparé dans un moule à tarte ; or, je défie quiconque de sectionner des parts dans un fond constitué de feuilles de brick cuites !!!
Du coup, on esquinte le dessert, on le déchiquète, il est minable et ça fiche tout le travail en l'air...

   C'est pourquoi j'ai ressorti la fameuse recette pour la transposer en portions individuelles. Ainsi, chacun tripatouille dans son assiette comme il veut : La présentation est sauve !

   Si nos "croustillants" ne sont pas compliqués à réaliser, le plus ardu sera la recherche des bons ustensiles !
Les coroles étant cuites vides, pour éviter leur gonflement on a besoin de moules individuels, doublés par autant de récipients de diamètres inférieurs (allant au four).
Explications en images à suivre et bien sûr, faut rien acheter mais emprunter aux voisines ou aux copines...

Et puis tiens, tant qu'on cause pépettes, les 4 desserts de charme vous coûteront environ 3 € : 1 petit kg de nectarines (2,50 € chez Lidl) et un paquet de 8 feuilles de brick (entre 50 et 70 centimes). À ce prix-là, on peut frimer tranquille, non ?!

LES INGRÉDIENTS POUR 4 DESSERTS :

1 paquet de 8 feuilles de brick (soit 2 feuilles par moule)
Des nectarines : Si elles sont petites, en prévoir 8 (2 par personne)
Quelques feuilles de verveine fraîches ou sèches (à compléter ou remplacer par de la menthe)
Du sucre vanillé maison ou 1 sachet + 5 cuillers à soupe de sucre
Une grosse noix de beurre
Sucre glace

Dans un récipient, mettre le sucre + le vanillé, les feuilles de verveine et/ou de menthe (j'ai mis les 2),
les nectarines lavées non pelées (leur peau colorera les chairs en rose)
et assez d'eau pour les couvrir. Porter à frémissement maintenu 10 minutes sous couvercle.

Pendant ce temps, faites fondre le beurre pour en badigeonner tous les fonds de moules.
J'ai utilisé des plats creux
allant au four (15 cm de diamètre).

Toujours pendant que les nectarines sont en train de pocher, on va couper 4 feuilles de brick en 4.

Les 10 minutes sont écoulées, on retire les nectarines du sirop, elles sont déjà pratiquement pelées
mais on attendra qu'elles refroidissent pour enlever la peau restante...


... et les couper en quartiers assez minces.

Maintenant, nous allons tapisser nos moules :


Les quarts de brick sont installés le plus harmonieusement possible et beurrés au pinceau.


Lorsqu'on attaque la seconde feuille (il y en a 2 par moule), on la découpe en un maximum de triangles
afin de former et de disposer des pointes gracieuses vers l'extérieur...


... morceaux de feuilles qu'il ne faut pas oublier de beurrer aussi.
On les maintient de l'autre main, on s'en fout partout mais c'est bon pour la peau !

Moment crucial, surtout si on a un four $O#¶○•§!!!!,
la feuille de brick crame très, très vite à cause de sa finesse. Donc, préchauffage hyper prudent à 150°.


Pendant ce préchauffage, on installe des récipients de taille inférieure au centre des moules.
Un petit fond d'eau les lestera et nous éviterons ainsi le gonflement des feuilles de brick.

On enfourne seulement quelques minutes sous surveillance impérative !
Dès que les coroles deviennent dorées, il faut les sortir du four et ce geste peut s'avérer délicat.
La brick est très cassante (c'est aussi ce qui lui confère son croustillant incomparable),
on risque donc de briser nos jolis festons, les plats sont très chauds... Attention, pas d'affolement !
Il sera bien plus sage de sortir toute la grille du four (en ayant prévu une place disponible pour la poser)
plutôt que chercher à attraper les moules individuellement.

Il ne reste plus qu'à retirer les récipients "empêcheurs de gonflette" (attention, ils sont chauds)
et remplir nos coques avec les quartiers de nectarines tout roses,
piquer une sommité de verveine ou de menthe pour la touche verte et enfin tapoter adroitement
une mini passette pleine de sucre glace pour n'en faire tomber QUE sur les festons de brick.


Pour conserver les bricks restants assez longtemps
(s'il vous en reste !),
déroulez une bande de ruban adhésif sur l'ouverture en chassant bien l'air entré dans le paquet.
Attente au réfrigérateur.

QUELQUES ENSEIGNEMENTS ISSUS DE LA RECETTE :

Si vous en avez les moyens, achetez des feuilles de pâte FILO plutôt que des bricks ; étant plus épaisses,
leur installation et leur cuisson seront nettement moins délicates.

Les nectarines cuites sont un peu ternes. Pour y remédier, j'ai écopé une louche de sirop de pochage
pour le faire réduire de moitié. J'en ai badigeonné les fruits au pinceau.

Toujours si vous avez quelques tunes supplémentaires, il serait extrêmement gourmand
d'étaler un lit de purée d'amandes au fond de chaque corole ou une compote de fruits assez sèche
afin de ne pas détremper les fonds de fine pâte.

Ce dessert peut se réaliser en 2 temps : D'abord la cuisson des coroles (elles peuvent attendre)
et juste avant le repas, leur remplissage avec les quartiers de nectarines réfrigérés.

Maryse
  |  Publié dans Desserts, Fiesta  |    |  
 
  |